Assurance chômage : de quoi parle-t-on ?

Réforme de l’assurance chômage : de quoi parle-t-on, qui est concerné ? Vous essayez de comprendre les annonces du gouvernement ? Pourquoi je suis contre ? 

 

1/ Le gouvernement nous avait promis un changement de méthode, on en prend donc acte avec l’assurance chômage : cette reforme a été faite sans les partenaires sociaux – une première depuis 40 ans, le gouvernement a saboté les négociations – et sans la représentation nationale.

2/ Le seul vrai objectif de cette réforme de l’assurance chômage est budgétaire : le gouvernement cherche à faire 3 à 3,9 milliards d’euros d’économies d’ici 2022 et il veut les faire sur le dos des demandeurs d’emplois, notamment les jeunes et les plus précaires.

3/ Pour les chômeurs : aucun droit nouveau, que des régressions. Cette réforme met à mal le droit à l’indemnisation. Qui va perdre ? Essentiellement les petits boulots précaires et les jeunes en intérim. 230 000 personnes concernées vont perdre leurs droits.

4/ Réduire l’indemnisation des chômeurs qui travaillent, c’est oublier que 40% d’entre eux ne touchent pas d’indemnisations ! La réalité c’est qu’il s’agit là d’une attaque en règle des droits rechargeables et des intermittents dont 80% sont en activité réduite.

5/ La dégressivité pour les cadres n’a aucun sens ! Ils ne sont que 3,5% de chômeurs. Par ailleurs les cadres sont contributeurs nets et retrouvent un emploi plus rapidement. L’objectif non assumé de cette dégressivité du haut est de ruisseler vers le bas, s’étendre à tous ensuite.

6/ Renforcement des moyens à Pôle emploi ? Du trompe l’œil. 1000 CDD de longue durée pour remplacer les départs à la retraite, cela correspond aux emplois supprimés ces 2 dernières années sous ce gouvernement. À quoi vont-ils être dédiés ? L’accompagnement ou le contrôle ?

7/ L’indemnisation chômage, ce n’est pas un cadeau, c’est un salaire différé. C’est la différence avec les retraites, on ne cotise pas pour sa grand-mère, on cotise pour soi-même. Ce sont des droits acquis, pas la variable d’ajustement du budget du gouvernement.

8/ Enfin : quelle est la véritable situation ?

1 chômeur sur 2 n’est pas indemnisé

La moitié des 2,6 millions de chômeurs indemnisés touchent en moyenne moins de 860 euros par mois.

 

Tout le reste n’est que fantasme du gouvernement. On est loin de l’oisiveté.